Théâtre de l'AGORA

AGORA : Place publique, lieu où se font des rencontres, où naissent des débats

Presse

sud-ouest de la Marne

Le théâtre de l'Agora reprend encore cette année sa tournée des fermes du Sud-Ouest marnais pour jouer un spectacle consacré à Boris Vian.

lunion170713a

lunion170713b

Cela fait 19 ans que la troupe du théâtre de l'Agora écume les fermes du Sud-Ouest marnais. 12 hangars agricoles accueilleront cette année la scène, à deux pas des tracteurs, charrues ou caisses à pommes de terre. Un décor peu habituel, vite oublié une fois les acteurs sur scène. L'ambition de cette joyeuse équipe d'une vingtaine de personnes qui est basée à Escadres, près d'Esternay : rendre le théâtre accessible à tout le monde, même dans les petites communes de la campagne, et surtout dans les villages isolés du Sud-Ouest marnais. Il ne s'agit pas spectacle au rabais, loin de là. Le théâtre de l'Agora a interprété de nombreux textes d'un de ses fondateurs, Jean-Pierre Drouin. Mais les acteurs, tous professionnels, ont aussi joué du Marivaux, Labiche, Offenbach, Feydeau et même Hugo l'année dernière. Des pièces du répertoire qui sont émaillées de chansons écrites par Jean-Pierre Drouin. Chansons qui font sourire les spectateurs et rendent le texte encore plus accessible. Et des chansons, il y a en a de nombreuses dans le spectacle présenté par le théâtre de l'Agora cette année. « Nous jouons un spectacle intitulé « En a-vian la zizique », indique Agnès Yver, du théâtre de l'Agora, c'est un spectacle composé de petites pièces en un acte et de chanson. Tous les textes sont de Boris Vian. » « Textes très actuels » Un pianiste est présent sur scène pour jouer en direct. « Nous avions préparé ce spectacle depuis quelque temps déjà et nous hésitions avec un autre spectacle dédié à Jacques Prévert, raconte Agnès Yver, tous les spectateurs devraient y retrouver des chansons connues. Il s'agit d'un spectacle qui ressemble à un cabaret, tout en conservant sa forme classique, avec une scène. » Selon Agnès Yver, Boris Vian (qui est mort en 1959), « est toujours très actuel, on peut s'en apercevoir dans les chansons ou les textes que nous interprétons sur scène et qui parlent de religion ou de politique par exemple ». Comme les écrits de Boris Vian sont d'actualité, la magie du théâtre à la ferme agit chaque année sur les spectateurs qui se précipitent nombreux dans les hangars agricoles reconvertis en salles de spectacles.

Guillaume TALLON

Publié dans le journal L'Union le 17 juillet 2013