Théâtre de l'AGORA

AGORA : Place publique, lieu où se font des rencontres, où naissent des débats

La compagnie

Les conventions

Les conventions AGORA
Le Théâtre de l'AGORA ...C'est quoi ?
La "Convention Agora" Pour qui ... Pourquoi ?
La "Convention Agora" ... Qu'est-ce qu'on y fait ? ... Avec qui ?
La Convention Agora ... vite !
Convention AGORA Premiére année
Convention AGORA Deuxième année
Convention AGORA Troisième année

Projets d'animation culturelle en milieu scolaire

LeThéâtre de l'AGORA ...C'est quoi ?

Le Théâtre de l'AGORA est unecompagnie professionnelle crée par Jean-Pierre DROUIN en 1973.Depuis cette date, installé à Paris, Jean-Pierre Drouin a réuni autour de lui des comédiens et animateurs professionnels, leur travail a touché un public nombreux et varié à travers des tournées dans toute la France.

Puis petit à petit, les tournées se sont avérées de plus en plus difficile à mettre sur pieds. En effet, les organisateurs demandaient de plus en plus de travail approfondi autour d'une représentation, sous forme d'animation, etc... De Paris, cela devenait très difficile. Il nous fallait donc nous installer "en région". C'est ainsi que depuis novembre 1987, le Théâtre de l'AGORA a choisi de venir s'installer en Champagne Ardenne, dans un petit village situé entre Montmirail et Sézanne, au Thoult Trosnay puis à Escardes, dans le but de prolonger et approfondir un travail spécifique, qu'il soit adulte ou enfant, celui qui habite les petites villes de province et qui bien souvent, hélas, ne se souvient plus de ce que veut dire "aller au théâtre".

La"Convention Agora" Pour qui ... Pourquoi ?

La Convention Agora concerne précisément ce public pour lequel nous voulons travailler.Celui qui n'a jamais l'occasion de se rendre ne serait-ce qu'une fois par an au théâtre, et encore moins, bien sûr d'être impliqué dans une vie culturelle.

Parce qu'il habite une petite ville qui n'a pas de salle de théâtre assez grande pour accueilllir et rentabiliser un spectacle ...

Parce que se déplacer dans une grande agglomération pour voir un spectacle nécéssite d'une part une bonne information sur la vie culturelle, ce qui n'est, hélas, pas souvent le cas, et d'autre part, toute une organisation familiale ...

Parce que tout simplement, l'habitude n'ayant pas été prise depuis sa scolarité, cet habitant de petite ville n'a pas le "réflexe théâtre", et les équipes culturelles, découragées par des salles vides, n'organisent plus de spectacle ... C'est un cercle vicieux ...

La"Convention Agora" ... Qu'est-ce qu'on y fait ? ...Avec qui ?

La Convention Agora, c'est une sorte de contrat passé entre d'une part une compagnie professionnelle, le Théâtre de l'AGORA, et d'autre part une ou plusieurs communes, une région, un département, et l'état.

La commune fait part de ses besoins, de ses désirs et de ses possibilités d'accueil en matiére culturelle,et la compagnie se doit d'étudier, en collaboration étroite avec tous les partenaires concernés (écoles, collèges, animateurs culturels et autres) toutes les possibilitésd'actions pour créer, suivant les besoins d'une ville, une politique culturelle cohérente et suivie.

Suivie, en effet. Le Théâtre de l'Agora ne viendra pas seulement présenter ses spectacles au public. Ces manifestations ponctuelles ont prouvé leur innefficacité, et nous connaissons tous "l'angoisse du programmateur devant une salle vide". cette situation n'est agréable pour personne. Ni pour celui qui "achète" le spectacle,(bien souvent la municipalité), qui perd des sommes qui finissent par devenir colossales, ni pour celui qui "vend", (la compagnie), qui, outre le désagrément dejouer dans une salle vide, sait parfaitement qu'à plus ou moins longue échéance, elle perdra ce "client", puisque, même si le travail a été remarquable, le résultat (le nombrede spectateurs) a été médiocre.

Le but même de cette Convention Agora est de créer une "habitude du spectacle vivant". En impliquant les spectateurs depuis leur plus jeune âge, et à tous les niveaux de la vie sociale, par des animations, des ateliers, des sorties à l'extérieur de la commune, etc ..., par ces sollicitations multiples, le moins motivé des habitants finira, ne serait-ce, au début, qu'une fois par an, par éteindre son poste de télévision pour participer, même si ce n'est qu'en "spectateur", à une activité réellement culturelle, organisée par sa commune ...

C'est un travail de longue haleine, chacun doit en être conscient. La Convention Agora dure trois ans, et est évolutive. Pas de prestige, pas de grands éclats ... Juste un travail de fond.

La Convention Agora ... vite !

Nous avons donc fait un "pré-projet"de convention, que nous vous soumettons aujourd'hui.

Notre but est de soulager au maximum la participation financière des communes. Un prêt de salle, un affichage municipal, bref, une "mise à disposition"des structures culturelles municipales doit être prise en compte dans le budget, et représenter la plus grande partie de cette participation financière.

Le Ministère de la Culture est prêt à aider un tel projet, de façon conséquente, pour peu que nous trouvions des partenaires soucieux d'améliorer la vie culturelle de leur commune.

Si vous vous sentez concernés par ces problèmes...

Si vous êtes interessés par un tel projet ...

Prenez contact avec nous, nous travaillerons avec vous.

La Convention Agora premièreannée

ACTION SUR UNE VILLE

I - Animations

1 . Milieu scolaire
Primaire :
Ateliers sur un trimestre
But : préparation d'un spectacle déjà écrit. Possibilité d'inclure un atelier musical ou autre pris en charge par l'instituteur.
Représentation en fin de trimestre pour les parents.
Collèges-Lycées :
Atelier sur une année, hors période scolaire (de 17h à 19h par exemple) dans l'enceinte du lycée
But : Montage d'un spectacle en fin d'année créé de toutes pièces. (expression des "jeunes")
Stage :
Pendant une période de vacances, (février par exemple), un stage de huit jours est organisé. Durant ce stage, des intervenants estérieurs sont invités, notamment pour le travail de la voix, et l'aspect musical d'un travail théâtral.
La représentation du spectacle en fin d'année sera promotionnée dans toute la ville par un collage d'affichettes et distribution de tracts. Ce matériel publicitaire sera financé par des annonceurs locaux.

2 . Tous publics
Un atelier théâtre - 1 fois par semaine en soirée, sur un an.
But : Suivant les motivations de chacun et du groupe, montage ou non d'un spectacle en fin d'année.
Stage :
Il est très intéressant de faire se rencontrer ce groupe d'adultes aves les adolescents des collèges-lycées. La possibilité d'un stage commun est donc à retenir, avec les mêmes intervenants estérieurs.

3 . Personnes agées
S'il existe un établissement regroupant des personnes du troisième âge, une animation de longue durée sera étudiée, avec possibilité de présentation d'un spectacle créé et joué par les personnes agées, par exemple au moment de noël.

II - Présentation de spectaclesprofessionnels

Le THEATRE DE L'AGORA proposera ses propres spectacles en milieu scolaire et tous publics, mais fera également appel à d'autres compagnies, régionales ou non, afinde faire découvrir au public d'une part divers mode d'expression (théâtre, musique, danse, marionnettes, etc ...), et d'autre part les multiples formes théâtrales existantes.

1 . Milieu scolaire
Dans l'année, au minimum une représentation par "secteur d'âge"
Une représentation pour les élèves du primaire
Une représentation pour les élèves du collège
Une représentation pour les élèves du lycée
Ces représentations sont suivies de débat, et éventuellement d'une animation ponctuelle pour les collèges et lycées.
2 . Tous publics
Afin de "créer une habitude", pour ne pas dire un besoin, un spectacle par trimestre sera présenté, dans un premier temps.
Le Théâtre de l'Agora présentera deux de ses productions, et programmera deux spectacles "invités", en ayant soin d'organiser un "panachage" des modes d'expression. (théâtre, musique, danse, etc...).

ACTION SUR LA PERIPHERIE D'UNE VILLE

Théâtre à la ferme - Animation enmilieu rural

Comme son nom l'indique, le théâtre à la ferme se passe à l'intérieur même d'une ferme, en plein air, ou dans un hangar. L'atmosphère du théâtre est recrée, grâce au travail de la compagnie et des agriculteurs et habitants du village. Tous se regroupent pour fournir des chaises, desbâches, etc ...

Une ou deux séances de "théâtre à la ferme" par canton seront données.

La Convention Agora deuxième année

L'intérêt de la Convention Agora, est que l'action menée est évolutive. On peut, lors de la deuxième ainsi que de la troisième année d'exercice y retrouver le même schéma qu'au cours de la "prise de contact" que représente la première année de travail, mais il doit y avoir un "plus", c'est-à-dire un pas supplémentaire fait vers le but à atteindre : la pratique du théâtre en tant qu'acteur, aussi bien qu'en tant que spectateur.

ACTION SUR UNE VILLE

I - Animations

1 . Milieu scolaire
Primaire :
Ateliers sur un semestre
But : travail théâtral, de voix, corporel, d'expression, à travers des jeux ou des exercices.
Atelier musical ou autre pris en charge par l'instituteur.
Préparation, à travers ces ateliers, d'un spectacle de pure création, écrit par les enfants.
Représentation en fin de semestre pour les parents.
Collèges-Lycées :
Maintient de l'atelier sur une année, hors période scolaire, avec des recherches spécifiques plus appofondies. Exemple : travail du masque, du costume, premières approches de la Commedia dell'arte ...
But : montage d'un spectacle plus élaboré.
Stage :
Le même stage que l'année précédente, avec bien sûr évolution du travail suivant les participants. Stage pouvant être ouvert à des adultes (des professeurs) extérieurs ou non au collège.

2 . Tous publics
Reprise de l'atelier théâtre sur un an, une ou deux fois par semaine.
But : Montage d'un spectacle, pièce écrite ou création, suivant les motivations de chacun et du groupe.
Stage :
Nécéssité de lier le stage des "adultes" à celui des "adolescents", avec exercices et travail spécifique.
3 . Personnes agées
Maintient de l'atelier, ainsi que du spectacle monté et éventuellement joué au moment de noël.

II - Présentation de spectaclesprofessionnels

Au niveau de la présentation des spectacles professionnels, l'évolution ne peut résider que dans le nombre des spectacles proposés. Un spectacle par trimestre étant un rythme relativement raisonnable, surtout en ce qui concerne le milieu scolaire, il nous semble possible de s'en tenir à cela en ce qui concerne la deuxième année.

La diversité des créateurs et des créations étant une condition importante, le "panachage" sera maintenu, avec possibilité de sorties dans un théâtre régional. (CDN de Reims, Théâtre d'Epernay)

ACTION SUR LA PERIPHERIE D'UNE VILLE

Théâtre à la ferme - Animation en milieu rural

Le théâtre à la ferme parait être une animation "parallèle" à la convention. Il n'en est rien, puisqu'elle représente l'inclusion du milieu rural à la vie culturelle d'une commune. C'est une réalisation chère au Théâtre de l'Agora, elle se verra maintenue et développée durant cette deuxième année.

La Convention Agora troisième année

ACTION SUR UNE VILLE

I - Animations

1 . Milieu scolaire
Primaire :
Ateliers sur l'année. Les enfants doivent être capables de créer un spectacle, en y incluant le travail théâtral assimilé depuis plus de deux ans.
Représentation en fin d'année pour les parents, et eventuellement le "tout public".
Collèges-Lycées :
Maintient de l'atelier sur une année.
But : montage et présentation d'un spectacle" dans des conditions professionnelles". Possibilité d'y ajouter tout un travail de promotion (affiches, affichage ...), de décoration (décors costumes) ...
Stage :
Le stage, maintenu dans cette troisième année, doit servir au spectacle qui sera présenté à la fin de l'année. Par exemple, si le stage est musical, il sera consacré à l'élaboration de la musique de scène, ou éventuellement au travail sur les chansons du spectacle.

2 . Tous publics
Il est à voir si cet atelier peut être, pour cette troisième année, lié à celui des adolescents, suivant le nombre, la personnalité et les désirs de chaque groupe. De toute évidence, un lien doit être trouvé entre les deux ateliers, ne serait-ce que par le fait que les uns assistent aux répétitions des autres ...

3 . Personnes agées
Il est également souhaitable de lier cet atelier aux deux précédents, ou au moins de le faire participer au spectacle, d'une manière ou d'une autre (costumes, décor, musique, chansons, etc ...).

II - Présentation de spectacles professionnels

D'autres spectacles, d'autres sorties, pourquoi pas jusqu'à Paris ...
Plus de spectacles, d'une encore plus grande diversité ...

1 . Milieu scolaire

Organisation d'un "journal culturel", avec des impressions sur les spectacles vus. Education de l'esprit critique par rapport à un spectacle ...

ET TOUJOURS ...

Théâtre à la ferme - Animation en milieu rural

Projet d'animation culturelle en milieu scolaire

SCOLARITE : INITIATIVE ET CREATION

L'action culturelle théâtrale en milieu scolaire est très souvent une pratique courante dans de nombreuses municipalités. Celle-ci, dans le meilleur des cas est pratiquée tout au long de l'année scolaire et se conclut généralement par une représentation en fin d'année, soit par l'accueil d'une compagnie professionnelle, soit par une représentation donnée par les élèves eux même. C'est ce cas précisément qui nous a servit de base pour le projet "SCOLARITE : INITIATIVE ET CREATION".

Mais nous avons voulu aller plus loin ... Nous élargissons en effet l'intérêt du spectacle créé par les enfants, à toutes les disciplines qui sont toujours délaissées par les animations, mais sans lesquelles pourtant aucune création théâtrale ne saurait exister.

Le projet s'étale sur une saison et concerne plusieurs établissements scolaires d'une même ville. Le but du projet est l'organisation finale d'un "festival de théâtre", qui a lieu sur plusieurs jours, à la fin de la saison, dans la salle municipale. Les premiers jours sont consacrés à la présentation des différents spectacles et le dernier, à une "remise des prix", qui représente une motivation pour les jeunes, tout au long de l'année et la récompense d'une année de travail.

Parallèlement au travail de création proprement dit, et qui implique aussi bien le travail de l'acteur que la recherche des décors, costumes, musique de scène, ce projet met l'accent sur tout le côté "annexe" mais indispensable du travail, qui est la promotion du spectacle lui même. Des ateliers sont mis en place dans chaque établissements scolaires, supervisés par un animateur du théâtre, et encadrés par des enseignants. Parmi ces ateliers, un atelier "publicité -relations publiques", sert à confronter les jeunes au monde de la publicité, de la promotion et de la vente. Tou d'abord, une étude : quelle publicité pour quels spectacles ? Outre les relations avec la presse (annonces dans les journaux, articles, interviews sur les radios et télévisions locales, etc ...), cet ateleir est chargé d'éllaborer une véritable campagne publicitaire ... Faire imprimer des affiches, des tracts, éventuellement organiser des opérations à l'extérieur (parade, collages d'affiches, distribution de tracts). Nousn'oublions pas les relations avec les commerçants locaux, avec affichage dans les magasins, et éventuellement dépot de billets.

Les "récompenses" de fin d'année ne sont pas non plus les récompenses traditionnelles. Il y a bien sur les "prix de la meilleur comédienne - prix du meilleur comédien", mais il nous semble indispensable de récompenser également le meilleur thème de spectacle, la meilleur affiche, la meilleur utilisation de la musique, mais surtout la meilleur campagne publicitaire, ainsi que la meilleur fréquentation au spectacle. Cette dernière journée doit être une fête, et les jeunes en sont le point de départ.

Nous sommes persuadés que ce projet s'inscrit tout à fait dans une opération plus générale de responsabilisation de la jeunesse. Par cette réalisation, chaque jeune prend conscience de la place qu'il tient au sein d'un groupe, d'une société.

Cette expérience doit aider au déblocage psychologique de l'adolescent face à la vie active.

Pour qu'il soit mené à bien, ce projet implique une très grande collaboration entre animateurs, les directeurs d'établissements, les enseignants et les élèves. Il ne doit pas rester le projet d'une équipe théâtrale, mais doit devenir le désir d'adultes de sensibiliser les jeunes au monde du travail.